Surmonter un deuil périnatal

Deuil périnatal

J’t’ai fait une place au fond d’mon cœur 6 enfants vivants, 7 en réalité. Chaque jour j’y pense, depuis presque 10 ans.

Après les mois sans soleil où la souffrance était si forte qu’elle semblait m’avoir changée pour toujours.
Après des mois à faire l’autruche en me disant je vais bien tout va bien alors que j’étais en miettes.

Jusqu’au jour où je me suis réveillée et où j’ai réalisé que c’est moi qui avais la clé pour retrouver qui j’étais. La clé pour ouvrir la porte derrière laquelle il y avait de la lumière plutôt que de rester devant cette porte, avec juste envie de faire demi-tour. Ma clé, c’était de trouver la meilleure place pour BB5.

Une place qui serait la sienne et ne pourrait être prise par personne d’autre.
Une place au chaud, douce et joyeuse, pas une place mortifère et triste.
Une place où il serait bien, et toujours avec moi.
Une place qui me permettrait de vivre avec le souvenir, qui m’empêcherait d’oublier.
Une place qui me donnerait de la force les jours où j’en manque.
Une place qui atténuerait ma culpabilité.
Une place qui m’autoriserait à recevoir quelques claques sans qu’elles soient trop douloureuses.
Une place qui laisserait toute leur place à mes 6 autres enfants, pour qu’ils puissent grandir et s’épanouir, devenir des adultes autonomes et responsables, et que je puisse être une mère heureuse et joyeuse.

Jusqu’au jour où j’ai réalisé que cette place avait toujours existé pour lui, qu’elle avait toujours été là, depuis le tout début. La mort n’y avait rien changé.
Cette place est dans mon cœur. Cette place que BB5 occupe est unique, comme pour chacun de mes autres enfants.

J’aime l’idée que le cœur d’une mère s’agrandit au fur et à mesure qu’elle a des enfants, pour aimer chacun, autant, pour toujours. Le jour où j’ai trouvé cette clé, j’ai été rassurée. Comme si le fait de trouver cette place calmait cette angoisse de manque, d’absence, de vide qui m’étreignait depuis le 11 mars 2004, et rétablissait l’équilibre qui m’avait tant manqué depuis.

La vie continue, avec ses rires et ses larmes, ses vraies joies et parfois ses profondes tristesses. Mais la vie continue et BB5 en fait partie. Il m’a aidée à devenir qui je suis aujourd’hui, et quand je regarde le chemin parcouru, j’ai envie de dire ouaouhhh !

Cécile

4 thoughts on “Surmonter un deuil périnatal

  1. Après Petite Emilie, où je ne me suis plus rendue depuis des années…tout de suite je t’ai reconnue Cécile, à travers ton BB5 🙂 Chouette témoignage, chouette de savoir que tu fais bonne route!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *