Le soleil ne se lève que pour celui qui va à sa rencontre

Perdre sa mère

Je me souviendrai toute ma vie de ce jour ou tout à basculé (30 juillet 2000).

J’avais 17 ans, quelqu’un frappe à la porte, un collègue de boulot de maman j’ouvre vite la porte quand j’entends « appelle vite ton père, ta mère a fait un malaise » mais moi je m’en fous de mon père je veux voir ma mère.

Je cours sur son lieu de travail à 100 mètre de la maison. Tu es allongée sur le sol et je vois que tu souffres tu ne réagis plus. Deux jours plus tard (après le prélèvement d’organe) ton cœur ne bat plus tu n’es plus de ce monde. Mon frère n’a que 14 ans et je deviens sa maman et la femme de mon père. Ma vie est branchée sur le mode pilotage automatique…. Pendant 10 mois.

Puis papa rencontre une autre femme que nous avons du mal à accepter (surtout qu’une partie de la famille rejette mon père). Elle fera tout pour que nous ne prenions pas parti et que nous continuions à voir les membres de notre famille. Puis j’entre au lycée et je fais des rencontres fabuleuses, des amies toujours là dans les bons comme les mauvais moments. Elles m’aident à aller mieux et continuer le cours de ma vie. Le 16 février 2005 je rencontre l’homme de ma vie et le père de mes enfants.

Et je reprends goût à la vie pour de bon… J’ai enfin réalisé que maman n’est pas partie en voyage mais est bel est bien décédée. Je remercie chaque jour les personnes qui m’ont aidée quand j’en avais besoin et qui sont encore là aujourd’hui (un peu comme un mariage pour le pire et pour le meilleur) elles ont donné un second souffle à la vie et de voir mes enfants et mon neveu je me dis que quelque part un peu de son sang coule dans leurs veines. Je voudrais dire à tout le monde que le soleil ne se lève que pour celui qui va à sa rencontre. Chaque épreuve nous rend plus fort et nous aide à avancer dans la vie.

Ludivine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *