Elle est le trésor de nos vies

cordon-lumineux-clair-exterieur-fixe-9-metres

Je m’appelle Laëtitia, j’ai bientôt 28 ans. Je suis mariée à David depuis 1 an. Nous sommes les heureux parents de Laora, 22 mois. Et également les parents de Gabriel, né sans vie le 5 janvier 2011…

Tout a commencé le 29 septembre 2010. Ce jour là j’ai cru que je serais la première personne au monde à mourir de bonheur ! Je me rappelle avoir perdu l’équilibre quand s’est affiché sur l’écran de mon test de grossesse « enceinte 1-2 semaines ».
Et puis le 3 janvier tout s’est écroulé : plus d’activité cardiaque, notre bébé était mort avant d’être né. Plus rien à faire, plus rien à espérer.
Je me suis sentie tomber, très vite et très loin …. J’étais paniquée : comment revivre après ça ? Je m’en sentais incapable.
Comment j’ai pu tenir ? Surmonter tout ça ?

Grâce à l’amour … celui des proches : familles et amis. Et surtout : grâce à l’amour de mon mari. Quand Gabriel est mort-né, nous n’étions pas encore mariés. Nous avons décidé de le faire car nous avons pris peur à ce moment : nous avions peur de l’avenir… nous avons décidé de nous marier pour nous protéger l’un et l’autre. Pour sceller nos vies.

Mon homme a été si fort, si courageux, si formidable. Il a souffert sans se plaindre. Il a eu la foi pour deux alors que lui aussi était brisé. Il a agi en père de famille… un papa sans enfant à prendre dans ses bras. Il souffrait au moins autant que moi, mais s’est refusé à baisser les bras. Il m’a portée tout ce temps. Il m’a laissé tranquille quand je devais l’être, m’a couvée quand j’en avais besoin…
Nous sommes restés debout l’un à côté de l’autre. Nous avons serré les dents, et nous avons gardé la foi. Nous sommes croyants, et nous avons énormément prié.

Je pense que le Ciel nous a entendus : 6 mois après l’accouchement de Gabriel, nous avons appris que j’étais de nouveau enceinte.
Et Laora est née, une vraie princesse, le trésor de nos vies.
Aujourd’hui, pas un jour ne passe sans que je pense à Gabriel.. Bien sûr nous avons pleuré, mais nous savons aujourd’hui que la vie mérite une seconde chance, que le bonheur est toujours au bout du chemin, même si l’on pensait cela impossible il y a si peu de temps.

Laetitia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *