Et malgré tout, ma vie sera belle

Faire le deuil de sa mère

MON ETOILE

J’étais gaie
J’étais triste
Sur mon rocher
Sans personne autour
Seule dans le noir
Je te voyais
Je t’entendais
Je souris maintenant
Je vois ton visage
Tu es toujours là
Au fond de moi
Mon honneur a toujours été et sera toujours
D’être et de rester ta fille
Je suis fière
Oh ! Maman, pourquoi m’as-tu laissée ?
Pourquoi es-tu partie ?
La vie est injuste
Pourquoi existons-nous sur cette terre sans pitié ?
Pleine de ravages et de cruauté
La vie est faite pour aimer
Et moi, Maman Chérie,
Je t’aime pour l’éternité.

Ce poème, je l’ai écrit pour ma mère entre 2 cours au lycée. Ma mère qui me manquait tant !
Ma vie, à ce moment, était quelque peu tumultueuse … En pleine recherche de moi ! Qui étais-je réellement ? Pour trouver des réponses, je suis passée par des phases de rébellions, de tristesse, de grosses bêtises, de maladie, d’angoisses … Tellement d’angoisses …

Heureusement, j’ai toujours été entourée et très aimée.
Mon père a trouvé la femme de sa vie qui est devenue ma deuxième mère. Une nouvelle maman formidable qui a su m’aimer autant que j’en avais besoin …
Le manque était toujours là mais la vie a continué …

Aujourd’hui aussi elle me manque … Peut-être même encore plus !
Je suis à mon tour devenue maman. Durant mes grossesses, j’ai souvent pensé à elle. Je me demandais comment c’était pour elle lorsque j’étais dans son ventre. Me parlait-elle ? S’arrêtait-elle de travailler pour caresser son ventre arrondi lorsque je bougeais ? Comment avait-elle préparé ma chambre de bébé ?
Et puis ma naissance … Comment a-t-elle vécu ce moment si particulier ? Lorsque je suis sortie d’elle …
Des milliers de questions encore ! Petite fille, comment me câlinait-elle ? Quelles berceuses me chantait-elle ? Etc … Etc …

Et puis, lorsque mon premier enfant a pointé son petit nez, j’ai pensé : « Et toi qui n’es pas là … La vois-tu ? Regarde comme elle est belle. J’aurais tant aimé te la présenter et voir tes yeux se poser sur elle » …
Pour mon deuxième bébé, ma mère a été très présente dans mes pensées au moment de l’accouchement. A sa manière, elle m’a aidée à accepter cette douleur intense et qui me faisait penser que j’étais tellement vivante …
Et pour ce nouveau petit être qui s’apprête à nous rejoindre, elle me manque encore et encore … Pour toutes ces raisons. Pour plein de raisons !

Aujourd’hui, en tant que femme, j’ai envie de finir mon poème d’adolescente par ceci :
« Maman, ce que la vie est dure sans toi !
Je t’aime.
Je suis fière de toi …
Il va falloir que je sois forte et autonome !
Encore …
Tu me manques tant …
Et malgré tout, la vie sera belle …
Ma vie est belle …
Si tu savais ce que je suis heureuse …
Ce besoin irrémédiable d’avoir des bébés, pleins de bébés à aimer …
A aimer de toutes mes forces et sans condition …
C’est certainement grâce à toi qu’aujourd’hui il y a tant d’amour dans ma vie …
Merci d’être ma Maman.
Merci d’avoir fait ce que je suis car désormais je sais qui je suis : UNE MAMAN … »

Fanny

2 thoughts on “Et malgré tout, ma vie sera belle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *