Un voile s’est levé sur le monde bleu ou gris

ori-coupon-imprime-a-broder-voile-bleu-9126

Quand la santé revient la vie se remet à couler comme une rivière

Quand la santé revient c’en est fini de la chape de plomb, des casseroles qu’on traîne et de l’âme amenuisé.

On sort vainqueur contre une guerre que seule notre corps connait. Une guerre qui a été si longue et si dure qu’on a tout pardonné, on ne veut que la paix.

Quand la santé est revenue, tant pis pour les nuits et les jours et le temps. L’amour perdure mais l’on ne savait pas qu’il n’était jamais parti.

Quand la santé revient, que l’horreur du combat solitaire est finie, la peur peut s’endormir, au moins un temps.

Quand la santé est là, neuve et belle. On porte encore en soi le coup reçu. On porte quelques mois ou années en plus, que notre âge ne dit pas. Que nos yeux disent tout de même. Un peu tout de même… Nous sommes des héros de guerre inutiles

Nous n’avons gagné contre personne, juste pour nous. Nous voulons vivre encore avec cette clarté qu’a la vie désormais, un voile s’est levé sur le monde bleu ou gris. On respire avec nos poumons, on marche avec nos jambes. On ne savait pas qu’un jour tout re-fonctionnerait. On pensait que tout avait changé, c’est tout.

J’avais oublié les couleurs et le ciel. Ce que j’étais était trop occupé à lutter, contre la folie et le désordre. Et je vois maintenant la folie et le désordre. Je les vois, comme on observe la maison dont on est sortie. J’avais si mal. Le corps ne s’en souvient pas. Ma tête elle n’oubliera jamais que j’ai eu mal, que j’ai voulu mourir bien souvent.

Et que je ne voudrais plus tant que la santé est revenue. Maintenant que je remarche dans vos rues et fais les courses avec vous, tout me semble bien différent. Et si j’ai ce sourire aux lèvres c’est que la santé est revenue mais aussi que le monde est beau et laid, tout à la fois. Beau le confort de nos vies sous cloche. Laid ce confort de nos vies sous cloche. Là d’où je vient, peu en reviennent. Mais ce n’est pas de ces catacombes de la vie dont je voudrais vous parler, c’est d’avant la maladie et d’après. D’après surtout…

Ingrid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *