C’est à travers nous qu’il vivra !

pile_galets_2

On l’a appelé Robin. Son prénom, on l’avait choisi alors qu’il n’était encore qu’une idée.

C’était en 2011, ma soeur était enceinte, des jumeaux ! Ce n’était pas prévu, alors ça faisait vraiment double surprise. Nous, on l’avait voulu, et il s’était niché. Prudent par nature, chéri voulait attendre pour l’annoncer, je n’avais pas résisté, ma soeur était au courant.

Je me suis dis heureusement, heureusement que je lui ai dit avant, car maintenant qu’elle a perdu ses deux bébés, comment aurais-je pu lui dire que j’en attendais un. Et je ne savais pas, quoi lui dire, quoi faire… Je pensais comprendre, je me trompais. Et puis j’ai compris, j’ai compris comme je n’aurais jamais voulu comprendre. L’ignorance est parfois si douce. Mais ce soir là, j’ai su, j’ai compris, je m’en suis voulu. J’ai pensé à ma soeur, à ma mère aussi, qui avait déjà perdu deux petits enfants et qui venait de perdre le troisième. J’ai fait ce que je fais le mieux, j’ai pensé à tout le monde, mais pas à moi.

J’ai continué à avancer, coûte que coûte. Lorsque j’ai dû revenir à la maternité pour me faire déclencher, alors même que j’aurais voulu fuir dans l’autre sens, j’ai avancé. Chéri était là, impuissant, perdu dans sa propre peine, mais d’un soutien inébranlable. A tour de rôle, nous avons craqué, l’un s’effondrant pendant que l’autre le soutenait. C’est grâce à lui que j’ai pu faire mes premiers pas vers de meilleurs lendemains. Il a été, il est toujours, mon pilier, mon amour, le seul et l’unique, le père de mon fils.

J’ai donné la mort au lieu de donner la vie, mais dans ce moment si difficile, j’ai été merveilleusement entourée par l’équipe qui m’a accompagnée. Ils ont répondu à toutes nos questions, m’ont préservée autant que possible en évitant que ma route ne croise celle de bébés tout juste nés, ils s’en sont voulus de ne pouvoir nous aider plus, mais tout cela sans cette pitié qui vous rabaisse plutôt qu’elle ne vous aide. Je suis certaine que d’être si bien accompagnée m’a aidée par la suite à remonter la pente. Et puis j’ai parlé avec ma soeur. Ce que j’avais évité de faire, pour ne pas la blesser plus. Ma plus grosse erreur. On a parlé de nos anges, d’Elea et Killian, et de Robin qui était parti les rejoindre. J’avais cette image en tête pendant un moment, de mon fils ne supportant pas de ne pas connaître son cousin et sa cousine, et qui avait décidé simplement d’aller leur tenir compagnie. Et puis, les jours ont passé, avec des pleurs, beaucoup eu début, puis de moins en moins. Et de plus en plus de sourires. Quelques visite chez la psy de la maternité, qui m’a écoutée, mais qui avait dès le début l’assurance que ça irait pour moi, pour nous. Des vacances, loin, quelques mois après, pour se ressourcer, pour recommencer. Et la petite graine qui s’est logée. Bien sûr il est toujours avec nous.

Il y a son arbre, dans notre jardin.

Il y a ces dates, qui renforcent les souvenirs.

Il y a peu de jours qui passent sans que je songe que jamais je ne le verrai grandir, que jamais je ne l’appelerai par ce prénom que nous aimons tant, sauf pour évoquer son court passage parmis nous.

Mais aujourd’hui, il y a un deuxième arbre dans le jardin, et une petite fille qui court autour. Elle met un sourire sur mes lèvres chaque jour qui passe. Et un jour, je lui parlerai de son grand frère, qui veille sur elle de là haut, avec son cousin et sa cousine. Mes grossesses ne seront jamais plus sereines, j’aurai toujours cette peur au ventre. Mais elle ne m’empêchera pas d’agrandir ma famille, et de rire et sourire autant que je le peux chaque jour qui passe. 2012 a été l’année de la revanche, mon neveu est né, cinq jours avant sa cousine. Ils sont nos seuls enfants pour le moment, pourtant ils ne sont pas les premiers que nous ayons eus.

Je me rends compte que tout cela est un peu décousu, mais s’il vous faut retenir quelque chose : parlez-en, à vos proches ou quand l’occasion se présente, parce que c’est à travers vous qu’ils vivent, tous ces anges, et c’est grâce à ça que nous continuons à avancer.

Aude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *