Après la pluie, le beau temps

73313_301382173298655_382736684_n

 

Lorsqu’on pense à fonder une famille pour la première fois on est loin d’imaginer à ce moment-là que la vie peut vous réserver de drôle de surprises.


La terre s’est ouverte sous nos pieds lorsque le gynéco nous a annoncé à l’écho des 22SA que les jumeaux que j’attendais étaient décédés depuis quelques jours.

Je me disais qu’il était impossible qu’un bébé meure dans le ventre de sa mère car il y était protégé. On ne pense pas du tout que cela puisse arriver.
Je me suis pris la claque de ma vie. Mon mari également. Mon dieu que nous étions naïfs.

Encore plus terrible je suis restée abasourdie lorsqu’on m’a annoncé que l’accouchement était programmé pour dans 5 jours.
J’ai vécu les 5 jours les plus horribles de ma vie, je portais la mort en moi et il fallait que je me prépare psychologiquement en 5 jours à expulser mes petits bébés. A leur donner un prénom aussi.

Main dans la main moi et lui avons traversé cette tempête qui a submergé nos vie à jamais.
Cela nous a soudé plus que jamais.
On n’est pas préparé à ce genre de chose, sur le moment on voudrait juste mourir et bizarrement, lorsque tout est fini on est complètement vidé et triste, mais soulagé que tout soit terminé. Sauf que c’est une autre étape qui commence, faire le deuil de nos enfants que nous n’avons même pas connu.
Mais on n’a pas baissé les bras pour autant. On a décidé de remettre ça 3 mois après et j’ai eu la chance de tomber enceinte tout de suite.

J’ai vécu cette seconde grossesse dans l’angoisse la plus totale, tétanisée à l’idée que nous pourrions revivre l’horreur des mois précédents. J’ai pu respirer à nouveau lorsqu’on m’a ENFIN mis mon petit bébé sur le ventre et qu’il m’a regardé droit dans les yeux. Nous avons échangé un regard qui en disait bien long et je crois que je m’en souviendrai toute ma vie.

Mon petit bébé qui m’a donné l’espoir de croire en une vie meilleure pendant 9 mois, est devenu ma victoire et nous a réconcilié avec la vie, bien que tourmentée pendant de longs mois entre ce vide immense qu’avaient laissé ses frères et cette joie d’avoir réussi cette fois à donner la vie. LA VIE !

L’envie de remettre ça s’est rapidement fait sentir, mais j’attendais que mon enfant soit suffisamment grand pour pouvoir retomber enceinte à nouveau. J’avais confiance. Lorsqu’il a eu 18 mois j’ai estimé avoir été assez patiente et j’ai réussi à embarquer une nouvelle fois mon mari dans cette folle aventure. Cette fois encore je suis tombée enceinte très vite, pour notre plus grand bonheur. J’ai vécu cette troisième grossesse plus sereinement, moins tourmentée. Et cerise sur le gâteau j’ai maîtrisé mon accouchement comme une chef.
La boucle était bouclée.

Mes enfants ont deux ans d’écart, et nous sommes une famille soudée et unie. J’ai appris à mes dépends à vivre avec cette douce peine, mais je suis une maman comblée par mes deux rayons de soleil, et une femme et épouse épanouie.
Grâce à eux.

Il ne faut pas perdre espoir, après la pluie vient le beau temps.

Myriam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *