On n’est pas coupable d’être heureux

10-lecons-clefs-pour-joindre-le-bonheur-a-la-reussite

Mais comment font-ils, tous, pour continuer à sourire, à se raconter les petits riens du quotidien, à rire….

Longtemps je me suis dit que je n’arriverais plus jamais à jouer cette comédie, moi qui étais déjà bien angoissée, cérébrale et un peu solitaire aussi…

Là j’ai complètement craqué, ce jour de janvier où j’ai dû te dire adieu, mon petit bébé minuscule avec ton drôle de corps, quand je pense que tu avais tous tes doigts de pieds, tous tes doigts de main, et pourtant tu n’allais pas bien, ils me l’ont dit et expliqué plusieurs fois… J’ai accepté de te laisser partir alors que tu n’étais dans mon corps que depuis 3 mois !!

J’ai traversé l’horreur de te savoir encore vivant en moi, mais de devoir me séparer de toi. Cette nuit-là, à la maternité, là où ta grande sœur était née 3 ans plus tôt, toi tu es mort, et moi, sans ton papa, je passais par la fenêtre. Le cri que j’ai lancé quand tu es sorti de moi résonne encore aujourd’hui à mes oreilles.

Dans la même année, en décembre, ton petit frère est né, et ta grande sœur l’a accueilli avec tellement de joie ! tellement de curiosité, d’impatience, de gentillesse… ça a pris du temps, la grossesse a été un enfer d’angoisse et de douleur, et pourtant il est là !! Il a encore fallu apprendre à l’aimer, lui, pour ce qu’il est lui, et ça aussi c’est un gros travail….

Je ne me souviens pas de m’être réveillée un jour en me disant : ça y est, ça va mieux. Je ne me souviens pas du moment où tu as commencé à faire partie de mon histoire, de ce moment où la souffrance quotidienne laisse doucement la place au souvenir.

Aujourd’hui la douleur n’a pas disparu ; quand je parle de toi, le chagrin affleure instantanément, parce que je t’aime.

Et pourtant…. Qu’est ce qu’on s’amuse !! Les 2 petits sont complices maintenant (5 ans et 16 mois, il y a de l’ambiance !!!) On rigole dès le réveil, on se fait des câlins quarante fois par jour !! Mon mari est un papa très attentionné, et même si ma maman est malade, dans ma tête je me trouve heureuse !

J’ai décidé de continuer, alors autant le faire à fond, les gens autour de nous ont besoin de nous, de notre bonne humeur, et finalement nous aussi ! La vie nous fait des petits cadeaux chaque jour si on accepte de le lui faire à nouveau confiance.

Aujourd’hui le temps a tout simplement fait son œuvre. J’ai aussi compris que, tout comme il n’y a pas de gloire à souffrir, on n’est pas coupable d’être heureux.

One thought on “On n’est pas coupable d’être heureux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *