Trouver la petite étincelle

P1060433

Notre fils avait tout juste 19 ans lorsqu’il est parti pour toujours, une nuit de mars 2010… emporté par ce qui parfois, peut ne pas effrayer à cet âge là. Substances fatales, bien trop accessibles, banalisées par tant de jeunes.

Danger extrême !!!

Pour nous, c’était inimaginable, totalement improbable tant il était aimé, il avait tellement de choses à réaliser, il était doué tout simplement, la vie l’avait gâté, pourquoi chercher plus ? Nous n’avons pas la réponse, ce devait être son fonctionnement, aller jusqu’au bout des choses, pour voir.

Conduite à risque d’un garçon pourtant réfléchi, brillant, au visage d’ange, qui voulait avant tout connaître les limites de l’impossible. Incroyable ! le temps s’est fracassé en mille morceaux.

Avant…après… une autre dimension, obsédante, déstabilisante, usante. Et le futur dans tout ça ? Bien sûr, le soleil n’a plus eu la même intensité tout à coup, chaque évènement important autour de nous est désormais ressenti différemment, il y a tout ce que nous aurions tant voulu partager ensemble, comme avant…

Il a été difficile de s’autoriser de nouveau à sourire, puis à rire, à apprécier ce que nous ressentons devant ce qui est beau, à prendre conscience de notre image, de notre corps, à prendre soin de nous… La douleur est toujours là, parfois sourde, parfois plus vive. Pourtant, ses deux jeunes frères, et nous, ses parents continuons notre chemin, malgré cette rupture brutale face à ce que nous pensions être tout tracé de bonheur, et de jolies choses à venir. Chacun selon sa sensibilité, ses convictions et sa faculté à trouver un objectif, si petit soit-il, pour ne pas se laisser emporter, réussit à trouver un sens.

Ce qui me motive aujourd’hui à vous livrer mon sentiment, c’est l’espoir qui est en moi, malgré tout, et que je ne m’explique pas. Simplement, il faut regarder autour de soi, contempler ce qui est beau, tout est matière à retrouver l’essence de la vie, la nature est là pour nous montrer l’exemple, elle n’abandonne pas et se renouvelle constamment. Je me suis attachée à suivre cet exemple. Depuis trois ans, c’est par la peinture que j’ai le mieux réussi à me préserver. Chacun doit trouver sa bulle, celle qui permet d’être en harmonie avec soi-même, il faut essayer, certains petits signes ou indices répétitifs nous y amènent, il ne faut pas occulter l’évidence, rester réceptifs.

J’ai commencé un, deux, trois, tableaux, puis d’autres ont suivi, et modestement j’ai eu envie de partager ce que je créais, une façon de ne pas rester enfermée totalement je pense. J’ai découvert un site sur internet sur lequel j’expose mes « oeuvres », et ainsi pu, tout en me laissant le choix, échanger avec de nombreux artistes, et bien sûr exprimer par la peinture, ce que mon coeur me dicte. L a richesse et la sincérité de ces échanges ont été, et continuent à me maintenir en éveil, ils m’apportent énormément. L’art-thérapie, c’est je crois le terme approprié. Pour moi les mots sont complémentaires, un petit texte accompagne en général mes tableaux. Si je peux apporter un peu de couleurs et d’espoir… je vous invite à découvrir mon univers. Je peins sous le pseudo de JERMOLINE, on peut y accéder directement par ce nom. Je souhaite à chacun de trouver la petite étincelle qui l’aidera à continuer son chemin.

On peut y parvenir, la preuve nous sommes toujours debout !

Fabienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *