Une petite étape de la vie

h-20-2485055-1304514760

Je n’étais pas très douée en rédaction à l’école, j’écris comme je parle et ça n’a jamais plu alors lisez ce témoignage avec votre petite voix douce dans votre tête. J’ai déménagé à l’âge de 12 ans, changement d’école, nouvelle rencontre et tout ce que cela comporte.

Mes amies d’enfance ont eu du mal à accepter que je puisse avoir de nouvelles copines. Elles étaient très jalouses et à mes yeux il n’y a rien de pire que la jalousie excessive chez une fille envers une autre. Elles ont décidé de me le « faire payer » et ont commencé à me harceler via mon blog (skyblog à l’époque) et d’autres filles que je ne connaissais pas se sont mêlées à l’histoire.

S’en sont suivis deux mois de pur harcèlement, on m’a clairement dit que j’étais moche, que je ne servais à rien (en gros) et que je ne devrais pas être sur terre (en très gros). J’ai bien fini par comprendre que ce n’était pas normal d’être traitée ainsi j’ai donc supprimé mon blog. Heureusement que je l’ai compris je me remercie encore aujourd’hui, vraiment.

A cette époque personne n’avait entendu parler de cette histoire: il n’y avait que moi face à mon ordinateur. J’ai complètement perdu confiance en moi et je ne me suis plus jamais montrée telle que j’étais vraiment à qui que soit de peur que ça dérange. Je me suis dis qu’en étant souriante et gentille et un brin distante pour ne pas m’attacher il ne m’arriverait plus jamais rien. Et j’ai rencontré un garçon qui me trouvait complètement à son goût. A cette époque j’avais 15 ans et il m’a redonné confiance en moi. Il m’a fait comprendre que oui ce que je pensais ça compte aussi même si ce n’est pas ce que pensent les autres. Il m’a accepté entièrement telle que j’étais et je crois que c’est de loin la meilleure sensation que j’ai jamais ressentie.

C’est tellement merveilleux d’être soi-même avec quelqu’un extérieur à la famille, sans faire attention à tout ce que l’on dit ou comment on se comporte. Mon copain m’a présenté sa bande de potes à lui et ils m’ont tous acceptée avec mes qualités, mes défauts, je les adore et je suis très heureuse de constater que des amitiés comme mon copain à avec eux depuis l’enfance existent toujours.

Et j’ai compris que les relations avec les garçons étaient bien plus simples qu’avec les filles. Il n’y a donc à ce jour que lui et ma famille qui me connaissent entièrement, qui connaissent la vraie Sarah. Et sincèrement ça me convient très bien, parce que connaitre quelqu’un sur le bout des doigts c’est connaitre ses faiblesses et ça me fait encore un peu peur mais c’est moi je suis comme ça et je l’accepte et c’est important d’accepter. Je suis une femme qui aime contrôler l’image qu’elle renvoie aux gens parce que ça lui permet de contrôler l’environnement dans lequel elle évolue.

Je n’ai pas envie de tout montrer à tout le monde. On m’a reproché de trop contrôler mon environnement et du coup de ne pas être « vraie » avec les personnes. Et alors ? Il n’y a pas encore de loi qui interdise de se comporter comme on veut, si je l’accepte alors c’est très bien comme ça. Avec le temps j’ai appris à dire ce que je pensais, chose que je n’aurais jamais fait il y a quelques années. Oui je pense des choses, oui je suis un être humain qui à ses avis, qui se positionne et c’est important je suis fière de montrer que parfois j’ai un avis différent parce que je sais combien c’est difficile de le faire.

J’ai appris à écouter les gens s’ils ne sont pas d’accord avec moi ça ne veut pas dire qu’ils ont tort ou que moi j’ai tort, on ne fonctionne pas tous pareil et heureusement on ne pense pas tous pareil, on s’ennuierait beaucoup sinon. J’ai du mal à avoir des amiEs, je m’entends très bien avec les hommes car les rapports avec eux sont beaucoup plus simples, ça ne m’empêche pas d’avoir deux très bonnes copines. Quand je suis avec elles je me montre telle que je suis (sans non plus exposer toutes mes faiblesses) mais ça leur convient et je me sens bien à leur côtés.

Alors non je n’aurais surement pas pour le moment une grande bande de copines avec qui je partagerais tout mais et alors ? Il n’y a que comme ça qu’encore une fois je me sens bien. Peut être qu’un jour j’aurais une super bande de super copines mais pour le moment c’est inenvisageable mais je l’accepte. Oui je pleure encore pour cette histoire, oui je suis devenue plus sensible et compatissante. Mais il est temps de dédramatiser les pleurs, je suis une petite madeleine c’est moi je suis comme ça.

Ca peut être une faiblesse mais ça peut aussi me rendre plus humaine. J’ai le droit de pleurer si je ne me sens pas bien. Il y a une nette évolution quand même je ne pleure presque plus pour ça parce que je commence à pardonner à ces filles qui m’ont fait du mal. Je les ai détestées, j’ai souhaité qu’il ne leur arrive que des mauvaises choses mais maintenant c’est terminé.

J’ai compris qu’on grandissait tous un jour, elles ont certainement grandi aussi et n’ont peut être jamais plus agi de la sorte. Je ne sais même pas si elles se rendent compte des conséquences que ça a eu sur moi mais je me dis que sans ça je ne serais pas cette personne là aujourd’hui. Je ne suis pas parfaite et au fond, allez savoir, j’ai peut être aussi fait subir ça à quelqu’un sans que je m’en souvienne.

On a tous un jour blessé quelqu’un donc si je n’accepte même pas d’avoir pu blesser quelqu’un comment est ce que je pourrais le leur pardonner ? Il y a peu j’ai regardé des vidéos de moi de l’époque où j’étais une enfant. Peu de choses ont changé, j’ai remarqué que j’étais déjà un petit chef qui aimait tout controler. J’étais déjà une fille qui aimait danser, sourire, chanter. J’étais toujours très bien entourée et encore aujourd’hui je n’ai peut être pas une foule d’amis mais j’ai ceux qui comptent le plus pour moi.

J’étais rassurée de voir qu’au final elles ne m’avaient pas tellement changé que ça. De mon point de vue il est très important de dédramatiser, il nous arrive des choses dans la vie mais c’est parce qu’on vit sinon ça montre bien qu’on n’a jamais rien osé faire. Il nous est arrivé des choses qu’on ne souhaitait pas mais maintenant nous savons ce qui blesse et ça nous apprend à être une meilleure personne ou à faire des meilleures choix. J’ai fait énormément d’erreurs des grosses et des petites mais je m’en rends compte, c’est ok c’est comme ça maintenant à moi de faire en sorte de ne plus en faire.

Et ça c’est valable pour moi mais c’est valable pour celles qui m’ont fait du mal, ce ne sont pas des montres ce sont des êtres humains qui ont fait une erreur (plutôt grosse mais j’en ai fait aussi) Qui n’en fait pas ? « Tutto viene tutto passa » comme dirait ma Nonna, il y a des choses très moches qui nous arrivent mais elles auront forcément une fin. Un livre qui m’a beaucoup aidé : Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même de Lise Bourbeau édition Pocket. Et pour les adolescents : sachez que l’adolescence n’est qu’une petite étape dans la vie qui semble vraiment interminable pour celui qui le vit mal. Mais je vous assure que la vie continue, que vous allez grandir et que vous comprendrez qu’on ne reste pas toujours à ce stade ! Je ne sais pas trop comment se termine un témoignage ni comment on en commence un en tout cas j’espère que ça vous aidera et si vous avez des questions je serais ravie d’y répondre. Je ne sais pas s’il est possible d’y répondre mais peut être en commentaire (toujours anonymement pour ma part).

Sarah.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *