Il y a toujours une porte de sortie

mon-esprit-libre-liberte-equilibre_5p6sl_2ibe14

Tout a commencé il y a 28 ans.

A ma naissance mon père biologique ne m’a jamais reconnu, j’ai su par la suite que ma mère avait souhaité faire un bébé toute seule, en espérant qu’une fois le bébé présent le père déciderait de vivre à ses cotés. Mais cela ne s’est pas passé ainsi.

J’ai grandi, avancé dans ma vie. Ma mère a toujours été présente, elle m’a toujours répété que j’étais sa plus grande réussite et qu’elle m’aimait plus que tout; Ce dont je suis certaine aujourd’hui. Pourtant, tout cet amour n’a pas suffi pour faire qu’aujourd’hui je sois toujours en contact avec elle.

Il y a près de 8 ans, j’ai rencontré l’homme de ma vie, il m’a aidé à me construire, j’ai pu découvrir ce qu’était une vie de famille, chose que je n’avais jamais eu auparavant en 19 ans de vie.
Puis il y a 3 ans, j’ai pris conscience de ma dépendance à ma mère. En fait, j’étais sous son emprise, tellement qu’elle ne s’était pas gênée à ma majorité à utiliser mon nom et me créer des dettes. Je me suis donc retrouvée à 20 ans, interdit bancaire, harcelée par les organismes de recouvrement car même si je n’étais pas celle qui avait signé, tout était à mon nom et j’étais responsable.
Elle n’avait pas les moyens de rembourser je pouvais le comprendre mais cela n’empêchait pas qu’elle était responsable et elle ne l’a jamais reconnu.
C’est cette absence de reconnaissance de ses erreurs qui je pense m’a conduite à me protéger d’elle.
Au final, elle me culpabilisait dans chacune de mes décisions, je ne pouvais réfléchir par moi même car chacune de mes idées n’étaient pas assez bonne.

J’ai un jour décidé de prendre mon envol, grâce à l’homme de ma vie. Je souhaitais qu’elle continue à faire partie de ma vie, mais elle ne souhaitait pas laisser notre situation évoluer vers un échange.
Au final, depuis 3 ans, je suis devenue une femme sans sa mère.
C’est parfois difficile, surtout aux étapes importantes de la vie.

Mais aujourd’hui je sais que je l’ai fait pour me protéger, me construire.

J’ai rencontré mon ange gardien, il m’a soutenue à chaque instant dans les mauvais moments certes mais il a surtout été présent dans tous les bons moments.
Alors oui parfois notre entourage nous fait du mal, mais il y a toujours une porte de sortie, un coin de ciel bleu.
Et au final, ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, et nous aide à nous construire.

Stéphanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *