Il faut continuer à bouffer la vie à pleines dents

Faire le deuil de son enfant

Le 29 mars 2009 mon unique fille de 16 ans est décédée dans un accident de la route.
Ma vie s’est arrêtée à 6 heures du matin quand les gendarmes sont venus me prévenir.

J’ai survécu à ce drame sans me rendre vraiment compte de ce qui était arrivé, je subissais le quotidien comme un robot jusqu’au jour où je me suis aperçue que j’étais de nouveau enceinte à 44 ans… en pleurs le test de grossesse dans une main le mouchoir dans l autre je me suis sentie perdue…
Tout recommencer avec la peur de tout reperdre encore une fois, j ai pensé avorter mais je n’en ai pas eu le courage. J ai passé une grossesse merveilleuse surveillée à cause de mon âge mais aucun souci. La coïncidence à voulu que la date de l’accouchement soit prévue le 18 août 2010… ma fille décédée est née le 18 aout 1992… signe du destin ou pas…
L’équipe médicale a été géniale car pour éviter toutes confusions et me préserver mentalement moi et mon bébé il a été prévu que mon accouchement soit provoqué par césarienne le 17 aout.

Je ne dis pas que tout été facile mais je me suis sentie sereine et prête à affronter de nouveau la vie. Je me dis que la vie est cruelle de m’avoir enlevé ma fille mais je me dis que la vie peut être aussi gentille car elle m a permis de redonner la vie. Je vis dans deux mondes qui se côtoient tous les jours celui de la tristesse et celui de la joie.
Je suis sereine, je vis sans trop me poser de questions, bien sûr qu il y a des moments douloureux comme le jour d anniversaire d Alice, à Noël où il manque quelqu’un mais mon bonhomme de 3 ans est là pour me secouer et me faire sentir qu il faut continuer à bouffer la vie à pleines dents…

Valérie